En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

La reproduction chez la chienne.

L’accouplement

Les chiennes ont leurs chaleurs en moyenne deux fois par an. La fréquence est  stable chez un individu mais peut varier d'une chienne à l'autre.

Les chaleurs comportent deux phases : le prooestrus et l’oestus. Le proestrus dure classiquement entre 7 et 10 jours, mais des exceptions existent. La chienne attire les mâles mais n’accepte pas l’accouplement. Les oestrogènes provoquent une congestion vaginale qui peut passer inaperçue ou être au contraire à l'origine de saignements abondants. Ces pertes sanguines n’ont rien à voir avec les menstruations de la femme qui correspondent à la fin du cycle sexuel.
 
L’oestrus dure 2-3 jours. Par définition, l’oestrus est la phase d’acceptation du mâle. C’est à ce moment que la chienne ovule et peut être fécondée. L’ovulation chez la chienne est particulière, par rapport aux autres espèces, car l’ovocyte n’est pas directement fécondable. Il faut attendre une maturation d'environ 48 heures. Si le mâle et la femelle restent ensembles pendant plusieurs jours, cela ne pose pas de problème. Si une seule saillie est prévue, par exemple lorsque le mâle et la femelle sont géographiquement éloignés, un suivi  des chaleurs permet de déterminer le moment idéal de l’accouplement. Ce suivi, fait chez un vétérinaire, consiste à la réalisation d’un frottis vaginal et/ou d’un dosage de progestérone toutes les 24 à 72 h.

Certaines chiennes n’acceptent pas l’accouplement, même en phase d’oestrus. Le vétérinaire peut alors procéder à  une insémination artificielle.

 

Nourrir une chienne gestante

La gestation

La gestation de la chienne dure environ 62 jours. Il demeure toujours une incertitude sur la date exacte de mise bas car le jour de la fécondation est difficile à déterminer (du moins, sans prise de sang), et ne correspond pas forcément au jour où a eu lieu l'accouplement. Les premières semaines de gestation sont discrètes. Au fur et à mesure, l’abdomen de la chienne se distend et ses mamelles  se développent. Les derniers jours, son comportement change. Elle peut sembler inquiète et cherche un endroit pour faire son nid. C’est le moment d’introduire un aliment spécifique pour pallier l’augmentation du besoin énergétique et préparer la lactation.
 
Le diagnostic de la gestation se fait par échographie à partir de 21 jours. Une radiographie est classiquement réalisée les derniers jours pour compter le nombre de chiots, information utile lors de  la mise bas.

La mise bas

La mise bas commence par des contractions de l’utérus. Celles-ci permettent une dilatation du col et la libération du bouchon muqueux : les premières pertes sont claires et épaisses. La chienne est essoufflée et agitée. Les premières contractions ne sont pas visibles à l’oeil nu. Elles durent entre 6 h et 12 h avec un maximum de 24 h.
 
Une fois le col dilaté, la chienne pousse pour expulser les chiots. Le rythme est en moyenne d’un chiot toutes les 30-60 minutes. Cette durée est plus longue pour les portées nombreuses et chez les primipares. Une pause de quelques heures est possible. La chienne lèche les chiots pour les débarrasser de leurs enveloppes foetales et pour stimuler leurs respirations. Entre les chiots, elle continue de pousser pour expulser les placenta, qu’elle mange par la suite. Les pertes sont sanguinolantes et verdâtres.

Toutes anomalie dans le déroulement de la mise bas doit motiver la consultation en urgence d’un vétérinaire : mise bas tardive, efforts expulsifs sans chiot, pause très longue, hémorragie...

La mise bas de la chienne

Aliments Royal Canin

facebook

SPA Saint Dizier

Partenariat avec la SPA de Saint-Dizier

SPA "Nos Amies les Bêtes

Ligue de Protection des Oiseaux