En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Pourquoi gérer le parasitisme ?

               Les pertes de production directes (poids, production laitière) et indirectes (pathologies induites) liées à un parasitisme mal maîtrisé ainsi que le coût des produits antiparasitaires, méritent de bien raisonner la prévention à l'herbe pour en tirer le meilleur parti.

Mise à l'herbe des génisses

              C'est le moment de la réflexion de la stratégie anti-parasitaire de l'année.

              Il faut à la fois limiter les pertes de croissance ou de production et permettre à l'immunité de s'installer.

Stratégie à adopter

                 Il n'existe pas de stratégie unique qui s'adapte à tous les élevages, ni même à tous les lots d'un même élevage.
            Le risque parasitaire à l'herbe (liés aux strongles digestifs, strongles pulmonaires, grande douve et paramphistomes) dépend principalement de :
  1. De la conduite au pâturage (notamment les rotations),
  2. De la météo (les parasites "aiment" la chaleur et l'humidité),
  3. De l'immunité des animaux (fonction de la conduite des années précédentes).

Gestion de la prévention contre les strongles digestifs

              Dans les cas les plus sévères, le risque "strongles digestifs" entraîne des retards de croissance, du poil piqué et des diarrhées.
  1. Il est possible de prévoir ce risque lot par lot.
  2. Nous disposons d'un logiciel qui intègre différentes informations spécifiques à votre élevage et des données météo locales afin de calculer lot par lot la date à laquelle les animaux sont soumis à un pic parasitaire et la durée pendant laquelle ils sont soumis à cette forte infestation parasitaire.

Gestion du risque strongles respiratoires ou dictyocaulose

               Il n'est pas aisé de prévoir si un pic larvaire va survenir au cours de la saison, ni à quelle période et sur quel lot d'animaux.
             
               La stratégie est donc de réagir dès les premiers symptômes (écoulement nasal, toux, essoufflement) en réalisant un diagnostic de confirmation par coproscopie et en traitant tout le lot concerné.

Gestion de la Grande Douve

               La mise à l'herbe n'est pas la période de gestion du risque Grande Douve. Celui-ci survient généralement en fin de saison de pâturage.
L'infestation par la douve se gère, chez les génisses, plutôt à la rentrée à l'étable.
Pour confirmer l'infestation de votre troupeau, il est souhaitable de réaliser des prises de sang sur les animaux à risques à la rentrée et ainsi traiter à bon escient.

              Pour les vaches laitières, l'absence de produits de traitement ayant un délai d'attente nul pour le lait, conduit à traiter ces animaux au tarissement ou au vêlage.
 

Gestion des paramphistomes

               Comme pour la Grande Douve, le risque paramphistomes doit être géré, chez les génisses, en fin de saison de pâture. Dans tous les cas le traitement ne se fera qu'après confirmation de la présence du parasite par coproscopies.

               Pour les vaches laitières, l'absence de produits de traitement ayant un délai d'attente nul pour le lait, conduit à traiter ces animaux, au tarissement ou au vêlage.

Aliments Royal Canin

facebook

SPA Saint Dizier

Partenariat avec la SPA de Saint-Dizier

SPA "Nos Amies les Bêtes

Ligue de Protection des Oiseaux